Interview n°2 Chroniques Edwo - Tome 1 - Son histoire de Tristan Kalan

Publié le par sandrine isac

Interview n°2 Chroniques Edwo - Tome 1 - Son histoire de Tristan Kalan

1° - L’auteur : Tristan Kalan

Un auteur sympathique qui m'a fait découvrir son roman Fantasy. Puisque nous en sommes venus à nous tutoyer sur les réseaux sociaux, j'ai trouvé sympa  de faire l'interview à la seconde personne du singulier ;)

  • Comment t’es venu l’envie (ou le besoin) d’écrire ?

J'ai toujours plus ou moins eu la fibre créatrice. Petit, c'était avec des petits bonhommes que je créais des histoires, puis, vers 13/14 ans, je me suis naturellement mis à l'écriture (en même temps que l'acquisition de mon premier ordinateur) C'était surtout, au début, pour libérer ma tête des histoires qui m'empêchaient de dormir.

  • Quelle est la place de l’écriture dans ton quotidien ?

Aujourd'hui, depuis que le premier tome est en vente, je passe quelques heures par semaines sur la relecture du Tome 2 (et l'écritures d'autres projet). Famille oblige, je ne peux y passer le même temps qu'à mon adolescence ou j'ai pu faire des nuits blanches à répétition.

  • As-tu besoin d’un rituel ou d’un objet fétiche, voir un endroit particulier, pour écrire ?

Non, rien de tout cela.

  •  Quels sont tes auteurs et romans préférés ?

Je suis un peu honteux de dire que, en tant qu'auteur, je suis un piètre lecteur, et je m'y suis mis très tard. Je suis très attaché à Robin Hobb qui est la première auteure que j'ai pu lire vraiment. 

  •  La Fantasy est-il le seul univers qui t’inspire et lis-tu aussi d’autres genres de romans ?

La Fantasy n'est pas le seul univers qui m'inspire, mais il est le seul ou je suis parfaitement à l'aise. J'ai de multiples début d'histoires de Vampire, ou de S.F. ou encore de policier. Mais j'en reviens toujours à la Fantasy, je suis tombé dans la marmite quant j'étais petit. Pour la lecture, je reste toujours proche du fantastique, ou du moins qu'il y ai un "univers" à découvrir. Il me faut m'évader.

  • Es-tu un auteur organisé avec fiches et plan ou écris-tu dans le désordre suivant ton inspiration ?

C'est une question drôle, car je me suis dit il y a quelques jours que je devais me faire quelques fiches sur certain point, car mon écriture s'étalant dans le temps, j'ai des oublies. Une chose est sûre, je n'écris pas dans le désordre, je parcours mon histoire comme si je la vivais, et même si j'ai la fin en tête, je ne l'écrirais pas avant d'y arriver. Il m'arrive, certes, d'écrire des petits bouts d'idée de temps en temps pour plus tard, si j'ai une fulgurance. Mais c'est assez rare.

  • Comment te définirais-tu en tant qu’auteur ?

Wow.. ça, c'est de la question!! Me définir ? Je dirais que je suis un apprenti. J'écris, oui, mais j'apprends à être un auteur. Sinon, je pourrais dire que je suis un rêveur. Non pas que je rêve de gloire avec mes écrits, loin de là. Mais disons que j'écris les divagations de mon esprit afin d'être, dans la vie réel, plus ancrée à la réalité. 

 

2° - Le roman : Chroniques Edwo - tome I - Son histoire

Ecrire un roman de Fantasy est un exercice difficile. La création d'un univers doit demander beaucoup de travails et d'imaginations. Le côté positif étant que l'on contrôle tout son "royaume" puisqu'on en définit nous même les règles, le danger étant de bien savoir le détailler et le faire comprendre au lecteur. En ce qui concerne ce roman : pari tenu !

  • As-tu d’abord imaginé l’univers dans lequel ton aventure se déroule ou as-tu en premier lieu imaginé Arast et la Compagnie et du coup créé cet univers autour d’eux ?

Je suis un joueur assidu de jeux de rôle, et à chaque fois, c'était avec des règles que j'avais inventé, mais surtout des mondes de ma création (regroupé sur "la terre sans nom"). J'ai pour habitude de donner une liberté totale à mes joueurs, ce qui me donne une force de création pour rebondir à leurs actions. Je suis donc parti d'Arast, pour cette histoire, et j'ai construis autour de lui une terre (Ushi) qui s'est rattaché à un monde déjà existant (la terre sans nom).

  • Quand je parle de ton univers ce devrait être avec un grand U puisque TOUT a été imaginé (les noms, les croyances, les us et coutumes, les origines et même la majorité des créatures qui peuple ce monde etc.) Pourquoi avoir fait ce choix ?

Rectifions un peu, oui, j'ai majoritairement créer tout l'univers, mais beaucoup d'éléments sont des variantes existantes d'autres grandes histoires. Les Elaros sont des Elfes, par exemple, et les Oboros sont des Orques. Il y a de l'influence dans beaucoup d'élément qui constitue mon histoire. J'ai pourtant varié sur de nombreux points, tout simplement pour me les approprier et en faire ce que je voulais sans les trahir. Un elfe, tout le monde en a une vision si on est familier de l'univers Fantasy (et avec le seigneur des anneaux au cinéma beaucoup savent maintenant), je ne voulais pas que le lecteur soit parasité par leurs connaissances.

J'ai, bien sur une part de création autour de cela, j'ai un univers très large (dont on ne peut voir qu'une petite partie dans le Tome 1) Et les Edwo sont ma création la plus "recherchée".  

  • L’interaction avec la nature et le culte qui lui est rendu est omniprésente dans ton roman, le rituel de l’union par exemple m’a beaucoup plu. Où as-tu puisé ton inspiration ?

Je ne suis pas très "religion". Je suis un athé ouvert et compréhensif. Et, à l'époque ou j'ai du écrire cette scène de l'union, j'ai voulu crée un rituel beau mais qui n'est pas classique. Un rituel qui devait avoir de l'importance. Je voulais surtout donner une importance au "témoin". Puis, ça a fait tilt. La nature est effectivement importante, voir centrale. Comme me l'a dit une lectrice, c'est un personnage de l'histoire. Et par rapport à l'histoire en elle même, c'est un élément important. Je dirais un point central.     

  • Puisque c’est un tome I cela implique qu’il y aura une suite. Peux-tu nous en dire quelques mots histoire de nous permettre de patienter jusqu’à sa sortie ?

L'écriture est fini, ma passe de correction avance vite, mais il manquera une vraie correction pro, car je suis une bille en orthographe. (et c'est ce qui va demander le plus de temps, car je n'ai pas encore la capacité de la faire faire.)

Pour l'histoire en elle même, je dirais que cela sera plus sombre. Mais je ne vais pas en dire beaucoup plus. Je pense que ça va scotché ceux qui on aimé le premier tome.

 

3°- Le mode de diffusion : l’autoédition

La décision du mode de publication lorsqu'on décide de sauter le pas est un choix difficile. Il est intéressant de comprendre ce qui a pu inciter les auteurs à choisir tel ou tel type d'édition.

  • Qu’est-ce qui t’as amené à choisir l’autoédition ?

L'envie d'avancer, je n'attire pas de maison d'édition, du moins, pas celle que j'ai contacté (en même temps, j'ai pas contacté de petite maison). Et comme je voulais avancer et ne pas arrêter le projet comme ça a été le cas il y a quelques années, je me suis pris par la main et voila. 

  • As-tu fait toutes les démarches toi-même ou es-tu passé par une plateforme qui propose ses services pour t’aider pour la publication ?

J'ai cherché des conseils sur le net, et à force, j'ai pu me débrouiller. J'avais aussi les conseils de ma correctrice sur certains points. 

  • Quels sont, selon ta propre expérience, les points positifs et les points négatifs de ce type d’édition ?

Le coté positif est le contrôle total de tout, c'est certain. On est maitre de nos écrits. Mais d'un autre coté, ce point positif est aussi la principale raison du point négatif majeur : l'auto édité à mauvaise réputation. A force de se casser les dents sur des romans non corrigés ou sans queue ni tête, la critique publique à clairement classer l'auto édition dans les indésirables. Heureusement, certain(e)s (blogueuse, chroniqueuse) ose encore, et les auto édités se mobilisent comme une petite famille pour sortir des profondeurs ceux qui en valent le coup.

Un autre point positif pour moi, c'est que j'ai fais la rencontre de personnes vraiment sympa. Chroniqueuses, bloggeuses, auteurs et c'est franchement appréciable. Il y a une entre aide et ça reste un monde humain avant tout.

Et pour finir, un dernier point négatif (ou pas), la communication. C'est à nous de la faire, et c'est un métier à part entière, ça prend du temps! Et il y a des pièges. Mais cela n'est pas forcement QUE négatif pour moi.  

  • Quel bilan fais-tu de cette première expérience ?

Dur de faire un bilan alors que je pense n'être qu'au début de mon aventure. Pour l'instant, tout va bien, je n'ai pas encore atteins mes objectifs (certains objectifs tiennent plus de la blague qu'autre chose) Mais mon roman à besoin de faire son petit bonhomme de chemin encore.  

  • Quels conseils donnerais-tu à celles et ceux qui envisageraient de choisir ce type d’édition ?

De ne pas précipiter les choses, de bien faire attention aux rouages de l'auto édition, sinon, on peu être vite écrasé.

 

4 ° - Conclusion :

  • Quelle est ton actualité ? La suite que tu souhaites donner à cette aventure en tant qu’auteur ? Peut-être un Salon du livre ou une rencontre chez un libraire ?

Je n'ai pas de moyen pour le moment pour faire des salons (il faut en général un stock de livre, voir parfois payer son stand, et j'ai pas les moyens pour ça) C'est quelque chose que j'aimerais faire, qui se fera peu être un jour. Je m'occupe tranquillement de faire connaitre le tome 1, de finir le tome 2, et j'ai un autre projet, en lien avec tout ça qui devrait naitre sous peu.

  • Un conseil pour les auteurs en herbes ?

Si écrire est une passion, allez jusqu'au bout!

Je ne suis pas qualifié pour donner des conseils, je suis moi même qu'un débutant.

  • Et pour finir, qu’as-tu pensé de cette interview ?

C'est toujours sympa de répondre à des questions sur soi, sur son parcours, ça fait ressortir des choses, des questionnements. 

Vous trouverrez ci-dessous les liens vous permettant de découvrir Les Chroniques Edwo 

La chronique que j'ai publiée :

http://www.lesvoyagesdemaplume.com/2016/05/chroniques-edwo-de-tristan-kalan.html

Le site où vous pourrez découvrir le livre :

http://kalanmccrow.wix.com/chroniquesedwo#!books/cnec

La page facebook de l'auteur :

https://www.facebook.com/tristan.kalan?fref=ts

Après chaque interview je fais un bilan du résultat et j'essaie d'adapter et d'évoluer dans le sens qui la rendra la plus intéressante possible en parlant de son auteur mais aussi en faisant en sorte que les différentes expériences puissent donner une idée de l'univers de l'écriture et des ses modes de diffusions ( surtout en ce moment de l'autoédition).

N'hésitez pas à me laisser des commentaires, toutes remarques constructives sont bonnes à prendre et n'oublions pas que si j'adore ce que je fais sur le blog, je le fais aussi en espérant que ces témoignages pourront aider ceux et celles qui comme moi caresse l'espoir de devenir un jour écrivain ( Bah oui, je suis une rêveuse aussi !!  ;)

 

Crédit images personnelles protégées par horodatage.
Correction article : LE ROBERT CORRECTEUR.

Commenter cet article

manou 15/06/2016 15:52

Un interview sympa et des réponses intéressantes. Comme quoi...ce n'est pas obligé d'être un grand lecteur pour avoir envie d'écrire et les jeux de rôle libèrent eux aussi l'imagination !! Ce jeune auteur donne de bons conseils à ceux qui veulent éditer leurs livres et t'accorde un interview pour ton blog...Que demandez de plus !!

sandrine isac 15/06/2016 16:01

J'avoue que j'aime bien faire des interviews. Je trouve intéressant de découvrir ce qui a donné envie à un auteur d'écrire et quels chemins il a emprunté pour construire son histoire et pour la diffuser. C'est vrai que j'ai de la chance que les auteurs veuillent bien se prêter à l'exercice et je leur en suis reconnaissante :)

Yolaine 08/06/2016 22:20

Félicitation à vous deux pour l'entrevue! C'est toujours intéressant à lire! Moi aussi je suis une rêveuse! ;)

sandrine isac 08/06/2016 22:26

Oui, nous sommes deux rêveuses, on peut dire qu'on c'est bien trouvée ;)

Guillaume 08/06/2016 18:15

Bravo à tous les deux, vraiment une interview sympa, agréable à lire et humaine !

sandrine isac 08/06/2016 18:57

Voici un commentaire qui me fait grand plaisir, merci beaucoup ;)