A propos de moi...

Publié le par sandrine isac

Tous a commencé par le plaisir de lire...

Tous a commencé par le plaisir de lire...

Difficile de parler de soit quand on est auteure. Après tout, c’est notre imaginaire que l’on souhaite partager et pas qui nous sommes, même si une partie de cet imaginaire fait partie de nous.

Comme bon nombre d’auteurs, j’écris depuis que je suis petite fille. D’abord au travers du fameux journal intime où je consignais mes états d’âme. Puis, il a évolué, et je ne le remplissais plus que de poèmes dont les métaphores et les images symbolisaient mieux ce que je ressentais.

Et puis, ont commencé à trotter dans ma tête, des histoires. Au début, juste des scènes et au fil du temps, des histoires mieux construites. J’ai donc commencé, sans en parler à personne, à écrire. Écrire des histoires sentimentales… J’étais adolescente et je pense que c’était, à ce moment-là, le genre qui s’imposait. D’ailleurs, je les ai gardés. Je ne sais pas si l’encre est encore lisible…

Et puis, la bande-annonce du Dracula de Francis Ford Coppola m’a complètement fasciné. J’ai lu le livre de Bram Stocker avant d’aller voir le film. C’est une des rares fois où j’ai préféré le film au livre. La dimension de l’amour du Comte pour Mina y étant largement pour quelque chose.

À partir de là, je me suis mise à dévorer tous les livres où je pouvais trouver des vampires. Évidemment, je ne pouvais passer à côté de la série d’Anne Rice et sa longue chronique des vampires où j’ai eu le plaisir de rencontrer, Lestat, Louis, Armand mais aussi Akasha, la reine des Damnés et bien d’autres. De romans de vampires je suis passé aux romans de sorcières puis aux polars et autres thrillers. J’ai un goût littéraire assez large. Aujourd’hui je me mets aux romans Steampunks avec Les foulards rouges de Cécile Duquenne par exemple ou encore Une étude en soie d’Emma Jane Holloway. Je préfère ne pas me limiter. L’essentiel étant pour moi, les intrigues et les univers "étranges", les personnages atypiques.

En ce qui concerne l’écriture, je ne conçois pas d’écrire une histoire sans "magie". Il me faut des créatures surnaturelles et j’aime les atmosphères obscures.

Pourtant, j’ai écrit, il y a de cela au moins 20 ans une histoire courte, un policier, pour un concours chez France Loisirs. En le relisant, je me suis rendu compte qu’il n’était pas si mal que je le pensais alors j’ai décidé de le retravailler et de le proposer prochainement sur WATTPAD.

En ce qui concerne Les Gardiennes de l'Ombre, leur histoire est compliquée. En 2007, j’ai eu la mauvaise idée de proposer le tome 1 - Les larmes de sang - à une maison d’édition numérique : grosse erreur.

Pas assez de recul, le simple fait d’avoir été accepté m’avait remplie de joie. Mais pas pour longtemps. J’apparaissais bien sur le site au format numérique et papier mais il n’y a jamais eu aucun suivi et pas plus de réponse à mes mails de l’époque. Évidemment quand j’ai relu plus attentivement mon contrat je me suis aperçue que j’avais absolument tout à ma charge, notamment la promo et la correction. J’étais profondément déçue. J'avais l'impression d'avoir perdu mon roman et et de lui avoir ôté toutes chances d'exister. Je ne parlerai même pas des droits d’auteur insignifiants. Et aucune visibilité sur les ventes. Une Horreur ! Et une honte !

J’y ai souvent pensé durant toutes ses années en me disant que non seulement, j’avais perdu mon premier roman car je savais qu’il était quasiment impossible de casser le contrat d’édition mais en plus une clause de préférencialité m’obligeait à livrer à cette maison d’édition mes deux prochains romans.

Et puis, il y a un peu moins de deux ans, approchant de mes 40 printemps, j’ai fait un petit bilan de ma vie. J’avoue que j’étais satisfaite de tout, sauf de ma passion : l’écriture.

Alors, j’ai repris mon blog, que j’avais commencé un ou deux ans auparavant et j’ai cherché le moyen d’exister au travers de mes écrits. Bien entendu, je ne pouvais pas faire la promo de mon roman puisque je me doutais qu’il me faudrait le reprendre puisqu’il n’avait pas été corrigé par un professionnel. Et j’avais raison. Lorsque plus tard je l’ai reçu corrigé, j’étais mortifiée.

Pour en revenir au blog, cette expérience m’a permis dans un premier temps de partager mes lectures et de rencontrer des blogueurs/eusses et auteurs/es et aussi de me renseigner sur mes droits et grâce à tout cela, j’ai réussi à récupérer mes droits et donc mon roman. Roman que j’ai décidé de ne pas publier en premier. Maintenant qu’il a été corrigé généreusement par une blogueuse, je vais pouvoir le remanier et en être enfin satisfaite.

Grâce au blog j’ai aussi réussi à faire partie de comité de lecture, notamment chez Cultura et c’est grâce à cela qu’il m’a été proposé de participer à l’ouverture de La Boutique des Auteurs et j’ai pu bénéficier de la formule publication.

Bien entendu, être auto-édité signifie tout faire par soi même. La Boutique des Auteurs propose des prestations pour nous aider.

Les auteurs, aujourd’hui ne sont plus seuls. Beaucoup de réseaux sociaux et de blogueuses proposent des bêta-lectures ou les lecteurs corrigent, commentent, voir même chroniquent votre roman.

Bien entendu, passer par un correcteur professionnel est primordial pour rendre un travail irréprochable et cet aspect de l’auto-édition est difficile puisqu’il faut pouvoir investir pour avancer. D’où bien peser le pour et le contre et avoir confiance en soi.

Personnellement, je ne regrette rien et je continue sur ma lancée en espérant publier d’autres romans et en continuant à chroniquer sur le blog.

Publié dans à propos

Commenter cet article

Rebecca G. 15/10/2016 23:12

Belle présentation. Ton article est très intéressant. J'ai commencé à lire "les gardiennes de l'ombre" et je l'ai trouvé très bien écrit. Tu as raison de retravailler le premier tome et de ne pas laisser tomber. La mauvaise expérience que tu as eue avec cet "éditeur-arnaqueur" s'est heureusement plutôt bien finie, puisque tu as récupéré tes droits. J'espère que cela servira de mise en garde pour d'autres auteurs... Bisous. Bonne continuation. :)

sandrine isac 16/10/2016 10:42

Merci Rebecca. Grâce à ton aide et aux bons conseils aussi de copinautes je le retravaille sous une nouvelle optique qui je pense sera intéressante et apportera un plus au tome 1 des Gardiennes. En ce qui le concerne d'ailleurs, petit souci puisque je me suis rendu compte que les larmes de sang était toujours en téléchargement payant sur un site de vente de livre. Je suis en train de régler le problème mais difficile d'avancer quand on est face à une maison d'édition qui ne répond pas. Mais bon, j'ai contacté le site de vente et je pense que le problème devrait être vite réglé. Bisous :)