Interview N°6 L'Emprise des Sens de Sacha Erbel

Publié le par sandrine isac

La première interview de l’année 2017 sera celle d’une auteure que j’aurai découverte fin 2016 au travers de son excellent thriller L’Emprise des Sens grâce à un SP proposé par sa maison d’édition : Les Éditions La Liseuse. Son nom de plume Sacha Erbel. Vous constaterez au travers de cette interview que c’est encore une belle rencontre, une des plus sympathiques que j’ai faite en tout cas et que je suis heureuse de partager avec vous. Vous allez découvrir une personne "pétillante" qui y répond en toute sincérité et humilité. Vous découvrirez son expérience en tant qu’auteure mais aussi en tant que lectrice et bien entendu Sacha nous dévoilera comment elle a réussi à se faire éditer par la maison d’édition La liseuse. Elle nous livre ici un agréable témoignage de sa première expérience en tant qu’auteure et je l’en remercie.

 

 

Interview N°6 L'Emprise des Sens de Sacha Erbel

1° L'auteure Sacha Erbel :

  • Comment vous est venue l’envie (ou le besoin) d’écrire ?

Ma première interview ! Je suis toute excitée ! Lol ! L’envie d’écrire était présente en moi depuis plusieurs années sans que j’en parle à personne ! Par peur de me sentir ridicule je pense ! Et puis un jour, j’en ai parlé à mon mari. Je me suis dit qu’il allait se moquer de moi, et en fait pas du tout ! Il m’a juste dit « Fais-le ». Alors j’ai commencé avec un cahier et un crayon. J’ai fait des recherches, des personnages. Je pensais que c’était une lubie, que cela me durerait 15 jours, et en fait, je me suis régalée tant dans les recherches que dans la rédaction, et j’ai mis un an et demi à l’écrire. Ensuite, de l’envie est né le besoin ! Quand on commence, on a envie d’écrire sur plein de sujets, tout le temps ! Et cela procure un sentiment de liberté assez époustouflant, sans parler de tout ce que l’on apprend en faisant les recherches.

  • Quelle est la place de l’écriture dans votre quotidien ?

J’aimerais que cette place soit plus importante dans ma vie. Malheureusement, comme beaucoup j’écris à mes heures perdues, mon travail m’accaparant énormément. En revanche, même si je ne peux pas me poser pour écrire, j’ai toujours un cahier et un crayon avec moi en cas d’inspiration subite ! Même à côté de mon lit ! Lol

  • Quel genre littéraire aimez-vous lire ?

J’aime bien sûr énormément les thrillers ! J’aime le frisson, la recherche psychopathologique de la personnalité du tueur ! Je suis toujours fascinée de voir comment certains auteurs comme Maxime Chattam parviennent à descendre aussi profondément dans la noirceur de l’âme humaine ! J’aimerais avoir ce talent-là !

J’aime aussi l’héroïque Fantasy, comme par exemple la trilogie de la Moïra d’Henri Loevenbruck, certains romans noirs de James Ellroy comme un tueur sur la route ou le Dalhia noir, et aussi le roman d’aventure un peu fantastique comme la série de livres de Georges Chesbro mettant en scène Mongo le Magnifique. Je vous le conseille vivement, C’est génial !

  • Avez-vous un auteur préféré et/ou un roman qui vous aurait marqué ?

Un des premiers qui m’a marqué et que j’ai adoré, c’est l’Aliéniste de Caleb Carr. J’aime beaucoup les intrigues qui se déroulent durant l’époque Victorienne. L’histoire de Jack l’Éventreur me fascine d’ailleurs encore et toujours.

Mais mon auteur favori en matière de thrillers reste Maxime Chattam ! Son écriture me parle vraiment et elle est très cinématographique. Il vous « emmène » vraiment sur ses scènes de crime et c’est lui qui m’a vraiment donné l’envie d’écrire au départ. Et bien que je sois très branchée serial killers, c’est « Les Arcanes du chaos » qui m’a le plus surprise à la fin.

Honte à moi qui n'ai encore jamais lu Chattam, je compte bien y remédier cette année. Quant à Caleb Carr, j'ai L'Ange des Ténèbres dans ma PAL mais je préfère commencer par L'Aliéniste qui, il me semble est le premier. Il est déjà dans ma wish-list ;)

  • Êtes-vous une auteure organisée avec fiches et plans ou écrivez-vous les scènes de vos romans à l’instinct, dans le désordre, suivant vos inspirations ?

Alors ça dépend ! Sur l’Emprise des Sens, je n’ai pas fait de fiches pour mes personnages. J’ai fait de nombreuses recherches sur le vaudou et ressorti mes photos de vacances de Louisiane pour me replonger dans cette atmosphère si particulière, et j’ai écrit comme cela me venait ! En revanche, je l’ai écrit dans l’ordre dans lequel vous l’avez lu. J’ai fait une sorte de synopsis ou de fil rouge plutôt, mais l’histoire a changé au fur et à mesure de l’écriture.

  • Avez-vous besoin d’un "rituel" pour écrire : un objet fétiche ou un endroit particulier qui vous permet de mieux vous plonger dans votre univers ?

En fait, non je n’ai pas de rituel ! J’écris dans mon séjour, sur le canapé, sur la table, en voiture, en avion, en train ! J’arrive à écrire et à me mettre dans une bulle assez facilement ! Il est difficile pour moi d’avoir des rituels car j’écris à temps perdu, donc je dois optimiser ! Et l’inspiration peut arriver n’importe quand ! Alors j’écris quand je peux et où je peux ! Je suis par moments un peu frustrée de ne pouvoir écrire et lire davantage.

2° Le roman : L’emprise des sens

  • L’emprise des sens est-il votre premier roman ?

Oui l’emprise des Sens est mon tout premier roman ! Je n’ai rien écrit d’autre avant ça ! Et je remercie d’ailleurs très chaleureusement la maison d’édition La Liseuse. Merci à Hélène qui m’a fait confiance ! J’ai beaucoup de chance !

  • Avez-vous prévu une suite ou un tout autre roman ?

Et ouiii ! Je travaille au synopsis du tome 2 depuis peu ! Talia va revenir pour une nouvelle intrigue, mais pas que ! Désolée de ne pouvoir vous en dire plus même si j’en ai très envie !

J’écris aussi un autre roman, fantastique, celui-ci. Je me fais plaisir avec un thème qui me plaît énormément ! Les amazones ! Ces femmes guerrières me fascinent ! Je m’amuse à créer une autre dimension, des personnages du merveilleux, et là, pour le coup, je fais des fiches.

J’écris aussi un thriller d’anticipation autour d’une secte ! J’adore les histoires sur les dérives sectaires ! Je fais beaucoup de recherches aussi pour ce roman et j’apprends énormément !

Et pour finir, j’ai une histoire en format court pour les enfants, sur un site internet : Le projet Nonoss. Emma Cooper, designer de talent et amie, m’a inspiré le projet et créé le site. Moi j’écris les histoires.

Vous allez me dire que je m’éparpille, mais en fait, j’écris sur tout ce qui m’inspire, pas que du thriller. Je me fais plaisir quoi !

  • Pourquoi avoir choisi d’écrire sous un nom de plume ? 

J’ai choisi un nom de plume non pas pour me cacher derrière, mais pour assouvir mon côté rêveuse ! J’aime tellement m’évader ! Du coup, j’ai eu envie d’aller au bout de mon délire, j’ai décidé de prendre un pseudo ! C’est super, j’ai pu choisir comment j’allais m’appeler !

  • Comment vous est venue l’idée de ce thriller fantastique où vous avez su mêler avec brio les crimes d’un tueur en série et la magie vaudou dans l’atmosphère envoûtante de la Nouvelle Orléans ?

J’ai vraiment aimé cet endroit ! J’y ai passé de formidables vacances et lorsque je me suis mise à écrire, et que je réfléchissais à un lieu, il ne pouvait s’agir que de la Louisiane et de la Nouvelle-Orléans, ville aux antipodes du puritanisme américain. J’ai aimé ce décalage. Et lorsque l’on visite le quartier français, on est tout de suite happé par le côté mystique des boutiques. Le folklore vaudou est toujours présent et j’ai donc voulu aller chercher quelques touches de cette magie si particulière puisqu’elle est une vraie religion. Et même si la Louisiane n’en est pas le berceau, elle est une place très importante dans l’histoire du vaudou ! En fait, je ne me suis pas dit que j’allais écrire un thriller fantastique, mais la touche de magie s’est imposée toute seule au fil de l’écriture.

  • J’ai été fasciné durant ma lecture par vos descriptions de la psyché du tueur. J’imagine que vous avez dû faire des recherches sur le sujet. Cela n’a-t-il pas été un peu flippant ?

Je suis touchée merci. Oui, l’étude du comportement des tueurs en série me passionne depuis des années. J’ai lu beaucoup d’études sur ce thème. Le côté sombre de l’âme humaine et le chemin psychopathologique pour y parvenir m’attire énormément. J’ai même poussé jusqu’à faire un diplôme universitaire de criminologie appliquée à l’expertise mentale à la faculté de médecine René Descartes à Paris. Et je n’ai pas été déçue ! J’ai appris beaucoup en matière de psychiatrie criminelle. La frontière est si fine entre le discernement et la folie ! On prend vite conscience à quel point un élément peut être déclencheur dans la vie d’une personne. Mais si c’est déclencheur dans le sens dévastateur, alors la barrière morale saute et avec elle, tous les interdits qui font que nous pouvons vivre ensemble sans tuer son voisin. Mais si on part dans ce genre de discussion, j’aurai du mal à m’arrêter ! Lol !

  • Vous avez choisi le présent de l’indicatif pour la plus grande partie du roman. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

J’aime beaucoup le présent car il me donne l’impression de vivre l’intrigue au plus près des personnages. Lorsque je lis un polar au présent, avec des phrases courtes, cela donne du rythme, et du relief ! Et si la scène comporte du suspens, je me retrouve malgré moi en demi-respiration dans l’attente haletante du dénouement de la scène en question. C’est ce qui me plaît dans le présent ! Et c’est plus cinématographique aussi je trouve ! On se projette davantage dans la scène décrite.

  • Y a-t-il un peu de vous dans le personnage fort sympathique de Talia ?

Alors en fait, peut-être y a-t-il un peu de moi dans chacun des personnages ! Lol ! Vous qui l’avez lu, ça vous fait flipper ce que je vous dis ? Lol ! D’une manière générale, j’ai mis de moi par touches tout au long du roman ! Et d’ailleurs, lorsque je l’ai donné à lire à certains de mes proches, une certaine pudeur s’emparait de moi, et c’est toujours le cas d’ailleurs !

Mais concernant le personnage de Talia, c’est de mes très bonnes amies qui me l’a inspiré. Jusqu’à un certain point bien sûr ! Lol ! Elle est pétillante et toujours d’humeur égale, en toutes circonstances. Bien sûr, j’ai très fortement noirci le trait du personnage, et ce n’est pas avec le tome 2 que cela va s’améliorer !

Oh non, je ne trouve pas flippant qu'il y ait un peu de vous dans chaque personnages puisque j'ai moi-même adoré plonger dans la psyché du tueur ;) Et je trouve fascinant que vous soyez détentrice d'un diplôme universitaire sur la criminologie appliquée à l'expertise mentale. Je l'ai déjà dis je crois, je suis attirée par tout ce qui touche à la psychologie.

3° Le mode de diffusion : Les éditions La Liseuse

Intriguée par les nouvelles maisons d’édition j’ai décidé cette année de les découvrir, elles, et leurs particularités (certainement plus proches des auteurs par exemple par rapport aux maisons d’édition plus anciennes). Leur apporter de la visibilité en chroniquant leurs auteurs et aussi faire découvrir les différences qu’il peut exister avec les maisons d’édition plus anciennes. Ainsi les lecteurs découvriront un nouvel univers éditorial et les auteurs, tiraillés entre édition traditionnelle et autoédition, trouveront-ils peut-être une alternative qui leur conviendra davantage.

  • Réussir à se faire éditer est un parcours du combattant pour bien des auteurs, comment avez-vous croisé le chemin Des Éditions La Liseuse?

Je vous le confirme ! C’est déjà compliqué même d’obtenir une lecture d’une maison d’édition quand on n’est pas connu ! Mais quand on a écrit son premier roman, on est quand même fier, c’est notre bébé, et on commence à se dire qu’au-delà du plaisir qu’on a pris à l’écrire, la cerise sur le gâteau, ce serait d’être publié ! Et pour ma part, j’avais vraiment envie de savoir ce que valait mon travail ! Y avait-il suffisamment de potentiel pour qu’un éditeur veuille le publier, et dans le cas contraire, que pouvais-je faire pour m’améliorer ! Un avis professionnel m’intéressait donc énormément ! Mais les manuscrits que j’envoyais me revenaient sans réponse ou avec des lettres types négatives. Donc rien de constructif pour moi ! Et puis j’ai rencontré un auteur de talent, Marek Corbel, vous le connaissez peut-être, sinon je vous le conseille vivement ! Marek a cru en moi ! Merci Marek ! Suffisamment pour me donner les coordonnées des éditions La Liseuse. J’ai envoyé mon manuscrit à Hélène, très chère Hélène, qui m’a répondu très rapidement qu’elle programmait une lecture. C’était déjà énorme pour moi ! Et peu de temps après, elle m’annonçait qu’elle souhaitait publier mon roman ! Waohhh !!! Je ne pouvais pas sauter partout parce que j’étais au boulot mais c’était vraiment intense comme sentiment ! Depuis, j’ai appris énormément avec Hélène, tant sur l’écriture en général, que sur ma propre écriture. Grâce à elle, je suis allée chercher plus loin en moi-même !

  • Quel conseil pourriez-vous donner aux auteurs à la recherche d’une Maison d’édition ?

Surtout de ne pas lâcher l’affaire. Jamais. Et de continuer d’écrire, de participer à des concours par exemple ! J’ai moi-même participé à un concours de nouvelles dont Maxime Chattam, mon auteur favori depuis des années, était le parrain ! Je n’avais jamais écrit de nouvelle mais cela a été pour moi un très bon exercice d’écriture ! Alors même que j’essuyais des refus de maisons d’édition, je continuais d’écrire ! Des choses différentes, des thèmes différents. Je faisais des recherches pour de prochains romans. Je me disais, « si ce n’est pas celui-là, peut-être le prochain ! ». De toute façon, quand l’écriture devient une passion, même les refus ne nous empêchent pas d’écrire, et à force, de progresser ! Il faut juste ne pas être pressé !

  • Qu’est-ce qui vous a fait choisir ce mode d’édition ?

Ce n’est pas moi qui ai choisi, ce sont les éditions La Liseuse qui m’ont choisi ! Quelle bonne sensation ! Lol ! Voici d’ailleurs le lien des éditions La Liseuse et je vous invite fortement à aller voir le site.

http://editions-la-liseuse.fr/

  • Quelles sont selon vous les différences entre les nouvelles maisons d’éditions et les plus anciennes ?

Je pense que les nouvelles maisons d’éditions donnent plus de place aux nouveaux auteurs. Ils mettent beaucoup d’énergie pour la publication et la diffusion des romans qu’ils décident d’éditer et c’est motivant pour l’auteur ! Me concernant, je souhaite m’impliquer à fond aussi pour la promotion du livre. Je suis très reconnaissante aux éditions La Liseuse, et j’aimerais par mon implication, montrer à Hélène qu’elle a eu raison de me faire confiance !

4° En conclusion…

  • Quel est votre actualité, un nouveau roman à venir ? Des salons du livre où vous rencontrer ?

Mon actu, c’est l’écriture du tome 2 de l’Emprise des Sens, et comme je vous le disais plus haut, un roman fantastique peut être plus pour ados sur le thème des amazones, et un thriller d’anticipation sur le thème l’emprise sectaire.

Enfin, le projet Nonoss pour les enfants, dont les héros sont des chiens de tous poils et de toutes races. L’agent Madog 008, un très élégant boxer au service de sa majesté, recherche le Nonoss d’or disparu des joyaux de la Couronne d’Angleterre. Ça vous rappelle quelqu’un ? Voici le lien : www.leprojetnonoss.com

 

Concernant les salons, j’espère très vite oui. J’ai hâte de rencontrer des lecteurs car moi la première j’en suis une. Je vous tiendrai au courant dès que j’aurai les dates et les lieux !

Voilà, je ne vous avez pas menti. Une auteure très généreuse dans ses réponses et je dois avouer que j'ai pris beaucoup de plaisir à faire cette interview car je nous ai trouvé pas mal de points communs que ce soit  dans les goûts littéraires ou dans l'attitude positive et énergique dédiée à l'écriture. Je suis d'accord avec Sacha : Le tout est de se faire plaisir !

Sacha, je croise les doigts pour que vous passiez par chez moi pour je puisse vous rencontrer et pour faire dédicacer mon exemplaire. Et bien entendu, j'attends la suite des aventures de Talia avec impatience. Je m'intéresserai tout de même à vos autres projets car je suis curieuse ;) D'ailleurs l'agent 008 me plaît bien et je vous encourage, visiteurs du blog, à cliquer sur le lien au-dessus.

Un grand merci donc à Sacha Erbel ainsi qu'à son éditrice Hélène Babouot : Les éditions la Liseuse pour m'avoir fait confiance et pour cette belle découverte !

Publié dans Interview, Thriller

Commenter cet article

manou 23/01/2017 07:08

Et nous nous avons pris du plaisir à lire cet interview...Un auteur à découvrir en effet ! En plus elle adore Maxime Chattam et Caleb Carr...donc j'imagine sans peine le style de ses écrits :)
Je la note pour une de mes futures lectures. Merci beaucoup pour cet interview très plaisante

sandrine isac 23/01/2017 14:36

Je suis contente qu'elle vous ait plu et le roman vous plaira aussi j'en suis sûre. C'est drôle parce que ça faisait un petit moment que j'avais mis l'Aliéniste dans ma liste de souhait. Il me reste aussi à découvrir Chattam en deux SP ;)